Devri

vir a vod

vir a vod

Treuil à goémon.

(1987) GOEM 159. Pour savoir si ces techniques [de treuillage du goémon] étaient encore dans la mémoire des populations littorales locales, j'en ai parlé avec des habitants de Plogoff et de Primelin. A ma grande surprise, ils ont décrit un treuil d'un principe tout à fait différent [de celui du tableau Les Brûleuses de varech, de Georges Clairin, 1886]. Il s'agit du vir a vod, qu'on pourrait traduire par : «vireur de grève». «Virer» a ici le sens qu'on lui donne en pêche, c'est-à-dire relever un train de pêche ou une ancre, par exemple. Selon l'un de mes interlocuteurs, l'usage des treuils se serait répandu en ces lieux à partir de 1908.