Devri

bad

bad

m. –où

I. Étourdissement.

(1927) GERI.Ern 35. bad m., tr. «Etourdissement.»

II. [au plur.]

(1) E badoù : en maladie.

(1530) J p. 147a. En badou (variante : badaou) ra vech darnouet (variante : darnaouet), tr. «Que le ciel vous confonde et vous mette en morceaux !»

(2) Kouezhañ e badoù : tomber en saisissement.

(1530) Pm 114. Neuse an pobl diuat a coezas (variante : couezas) en badou, tr. «Alors les gens méchants tombèrent en saisissement.» ●(1580) G 1251-1252. Enguyn playsynet ha coezet en badou / Eu ma treyt dyf aman mo carhe en tañ glou, tr. «Terriblement empêtrés et tombés en saisissement / Sont mes pieds à moi : je les voudrais dans le feu de braise.»

(3) Mont gant ar badoù : aller à sa perte.

(1647) Am 545. Couls ve hen eur stroll ho guelet oll eat / Hen eur stacquellat gant ar badou, tr. «Autant vaudrait en un groupe les voir tous partis, en une file, à leur perte.» ●547. Foi gant ar badou he za traou den, tr. «Fi ! à leur perte vont les choses de l'homme.» ●548. Mazai ar coz tad prest gant ar badou, tr. «De sorte que le vieux père ira promptement à sa perte.»

(4) Mont d'ar badoù : disparaître.

(15--) N 1645-1646. Laqua euez mar comzez gou / ezay da hol mat dan badou, tr. «prends garde, si tu dis un mensonge, / Que tout ton bien s'évanouira.»