Devri

e .1

e .1

adj. & pron.

I. Adj. poss.

(1) Son, sa, ses.

(1499) Ca 73a. E. g. sien / son / ou sa. ●(1580) G 10. Elase Gwenôle ha guen e bet en clevo, tr. «C'est Gwénolé, et heureux celui qui l'entendra.» ●(1612) Cnf 26a. louncquaff è halo. ●43a. ho receu en è ty. ●(1647) Am 506. So desja costiff he coz piniffy, tr. Devri « Dont le vieil engin est déjà constipé ». ●648. Ac eff a so creff he coz peneffy, tr. Devri « … si son vieil engin est fort »

(1818) HJC 244. er monchette péhani e oai ar i face.

(2) [entre un nom de personne et ce qu'elle tient] Indique une possession plus ou moins temporaire.

(1850) JAC 70. Coulz ê dide sonjal, potr e borpant lien, / Pe e comzi siouloc'h, pe me deuy d'ac'h erren. ●(1879) ERNsup 170. un avare, un accapareur (...). On dit encore paotr he ialc'h, Trévérec, (petit Trég[uier].

(1900) ANDP 11. Pôtr e gloge, eo berr e fri ! ●(1902) PIGO I 8. Chilaou, pôtr e benn-baz. ●(1902) PIGO I 37. Oc'h heuilh pôtr e dok ru. ●(1902) PIGO I 153. Pôtr e skourje lêr.

II. Pron.

A. pron. pers. de la 3e pers. du sing.

(1) [devant un infinitif] Le, cela.

(1612) Cnf 5b. rannaff à gra ma calon gant, hiruout ouz è lauaret. ●(1633) Nom 139b. Emblema : entrelassement de pierres pour embellir le paué : meïn entrelaçet en vr pauè euit è ober caezroch ha couantoch.

(1659) SC 66. A prometti a rit-u e ober : gran. ●(c.1680) NG 1512. Ou songeal e lahou, hac e lecat de guet. ●(1732) GReg 301a. Donc il faut le faire, tr. «Rag-ze ez eo red e ober.»

(1893) IAI 183. Jansenisted eb he c'houzoud. ●220. eb he zounjal marteze.

(2) [devant un infinitif] Le (qqn).

(14--) Jer A.117(b). Evytaff, a m’hevel, marvayll eu e guelet, tr. « Quant à lui, il me semble, c’est merveille de le voir » ●(14--) N 794. Laqueomp trotant e tourmantaf, tr. «Faisons-le tourmenter, en attendant.» ●(1575) M 1023. é instruiaff, tr. «l'instruire.» ●(1650) Nlou 466. é aruest voa eston, tr. «qu'il était épouvantable de la (lire : le) contempler.»

(3) [devant un part. pass.] Le.

(1906) KANngalon Gwengolo 214. o deuz he veulet noz deiz.

(4) [devant un verbe conjugué] Le.

●(14--) Ab inscription. An materi a studiaff, pe prederaf a cafaf garu / Goude hon holl fet en bet man, divez peb vnan eu an maru. tr. « Le sujet que j'étudie, quand je le médite, je le trouve dur : / Après toute notre carrière en ce monde, la fin de chacun est la mort. »

B. pron. pers. de la 3e pers. du plur.

(1) [devant un infinitif] Les.

(1557) B I 24. Ret eu astriff he poursuiuaff, tr. «il faut les pousser vaillamment.»

(2) [à l'impér.] Les.

(1857) HTB 55. Goelc'homp-he.

(3) [empl. après le. v. aux. «avoir»] Les.

(1915) LIKA 5. (Groe) Skrivet em boa hay ar oun tamm papér. ●(1916) LIKA 24. (Groe) laket em es hay. ●(1919) DBFVsup 31a. , pron. pour ind en certains cantons.

(4) Eux.

(1909) DIHU 173/367. Hag é ma hai en des hon lahet éalt ul lon ! / Hai int, e laran d'oh.

III. M.

A. [dans un composé souvent péjoratif qui désigne une personne]

(1) Mezh-e-welet : homme qui fait honte à voir.

(1868) KMM 226. Me a lavaas freaz d’ar mez-e-velet-se (…).

(1924) FHAB Du 415. an hini a glask tec’het diouz tud e ouenn a zo eur mez e welet.

(2) Klasker-e-damm : mendiant.

(1874) FHB 476/46a. souezet e voue o velet eur c’hlasker he dam ker guesiec evel ma zoa.

(3) Braller-e-gloc’h : vantard.

(1931) VALL 772a-b. Vantard, tr. «braller e gloc’h fam.»

(4) Beg-e-dog : gendarme.

(1929) MKRN 103. On ne désigne le gendarme que sous le nom de «Beg-e-dok» dans cette région [Skaer], à cause de la forme de son chapeau.

(5) Mag-e-doull : goinfre.

(1982) HYZH 147/61. (Treboull) mag-e-doull : goinfre, égoïste pour la nourriture.

(6) Lonk-e-sizhun : ivrogne.

(1911) FHAB Du 299. eul lounk e zizun eus ar re c’hoasa.

(7) Lonk-e-avu : personne vorace.

(1959) BRUD 7/. Setu aze eul lonk-e-eü, avad ! ●Lonk-e-eu = lonk-e-avu, lonkez.

(8) Lonk-e-drantell : dissipateur.

►[empl. comme épith.]

(1867) FHB 141/292b. eur goummer lonc-he-zrantel.

B. [dans des composés anciens] Voir J.-M. Lecocq, ETCE, 23, pp. 233-241.

(1) Mab-e-dad : fils de son père.

(1477) RECe 2/76. Mapedat. ●(1580) G 684. gant map e tat ez ebatyf, tr. « Avec le fils de son père je m’ébattrai. » ●(1670) ETCE 23 239. Mapétat.

(2) Du-e-dal : au front sombre.

(1540) GMB 199. Duedal, tr. « au front noir. »

(3) Piv-e-dad : qui est son père (?).

(863) Credon ch. 63 f°64v (GVB 212). piuetat.

(4) Pouez-e-vara : celui qui pèse son pain.

(1540) GMB 502. Pouezebara.

(1873-1875) RECe 2/76. Lan Poezhevara, tr. « Alain pèse-son-pain. »

(5) Berr-e-c’har : à la jambe courte.

(1633) Nom 273b. Myscelus : homme à courte iambe : vnan á diuar berr, berr-ez-garr.

(17--) GMB 58. Berregar.

(6) Berr-e-c’hoûg : qui n’a pas de cou.

(1873-1875) RECe 2/76. Ian Berhehouc, tr. « Jean Court-son-cou (qui a le cou court) ».

(7) Berr-e-sae : à la robe courte.

(1500) GMB 58. Berrhesea. ●(1591) GMB 58. Beresay.

(1714) GMB 58. Beresai. ●(1742) GMB 58. Berezai.

(8) Bihan-e-benn : dont le tête est petite.

(1336) CHB 191. Byen-he-pen, tr. GVB 212 « petite-sa-tête. »

(9) Bras-e-benn : dont la tête est grosse.

(14--) GMB 58. Brazeben.

(10) Koll-e-gontell : perd son couteau.

(1382) DM II 434. Guillaume Colcontel. ●Raoul Colecontel.

(11) Doug-e-droad : boiteux.

(1873-1875) RECe 2/76. Iouen Doughedroat, tr. « Yves porte-son-pied. », tr. GVB 212 « boiteux ».

(1964) GVB 212. Doug-e-droat, tr. « porte-son-pied. »

(12) Du-e-gein : au dos sombre.

(1741) GMB 199. Duegain, tr. « au dos noir. »

(13) Gwenn-e-dal : au front blanc, clair.

(1502) ETCE 23 238. Le Guénédal. ●(1734) ETCE 23 238. Guénédal.

(14) Gwenn-e-dad : dont le père est béni.

(1062-1079) Credon ch. 328 f°159v (GVB 212). Guennedat. ●(1095) Credon f°173v. Presel guennedat.

(15) Hep-e-bar : sans son pareil.

(1389) ETCE 23 238. Olivier Hobebar. ●(1407) ETCE 23 238. Olivier Hebebar.

(16) Gwenn-e-ved : bienheureux. Voir 1. gwenn

(17) Mab-e-gile, Ab-e-gile : « filius alterius », enfant de l’autre.

(1081-1184) ETCE 23 239. Riuallun Mab i-kiled. ●(1572) ETCE 23 239. Mabéguilé. ●(1592) ETCE 23 239. Abeguyle. ●(1678) ETCE 23 239. Ab-Eguille.

(18) Mat-e-gorf : au bon corps.

(1606) ETCE 23/239. Matecorff. ●(1624) ETCE 23/239. Mad e gorff. ●(1631) ETCE 23/239. Matecorf.

(19) Mall-e-goll : qu’on est pressé de perdre.

(1964) GVB 212. Mall-e-goll, tr. « presse-sa-perte » « qu’on est pressé de perdre ».

(20) Mav-e-dad : dont le père est joyeux.

(1245) RECe 7 mots chartes Beauport (GVB 212, ETCE 23/240). Mauuedat, tr. « réjoui, content son père. »

(21) Serr-e-lagad : dont un œil est fermé (borgne ?).

(1873-1875) RECe 2/76. Per Sarhelagat, tr. « Ferme-son-œil. »

Ce site utilise des cookies pour son fonctionnement.En savoir plus...