Devri

ode

ode

f. & adv. –où

I. F.

(1) Brèche.

(897) MSvbr IV f° 84b, main A (DGVB 55b, 221a). in cemac hadui i oit a bid inter solem et lunam, tr. « l’étroit intervalle en âge qui est entre soleil et lune »

(1659) SCger 17a. breche, tr. «ode pl. eou.» ●(1732) GReg 116b. Breche, ouverture dans un fossé pour le passage d'une seule bête à la fois, tr. «Ode. p. odeou.» ●(17--) FGab 126. distanka un odé.

(1847) MDM 395. ma stanken an node-ze !

(1960) EVBF I 332. L'entrée d'un champ est appelée ode dans le Léon (ode, oade, ouade, node ; Brennilis : odo, pl. odejo) ; toull-ode à St-Urbain, Logonna-D[aoulas]. (où ode signifie barrière).

(2) Toull-ode : brèche.

(1960) EVBF I 332. L'entrée d'un champ est appelée ode dans le Léon (ode, oade, ouade, node ; Brennilis : odo, pl. odejo) ; toull-ode à St-Urbain, Logonna-D[aoulas]. (où ode signifie barrière).

(3) Terriñ ode war =

(1866) SEV 37. Rankout mervel a zo eul lezenn c'hreat a enep ann dud, eul lezenn eo ha ne c'heller ket terri ode war-n-hi evit mont e-biou.

II. Loc. adv. Pep ode : de toute façon.

(1575) M 1680-1681. A daou breuzr so bezet, oar an bet competant : / Vnan sot pep ode, aye heruez é hoant, tr. «De deux frères qui ont été sur terre, certes, / L'un sot, par toute brèche allait à sa fantaisie.»