Devri

gak

gak

adj.

(1) Bègue.

(1647) Am 525. Quer gacq à quer yen da liboudennat, tr. «si bègue et si froid pour (?) courir les filles (?).»

(c.1718) CHal.ms i. bredouilleur, tr. «balbouseur, gadeliaud, ur gac.» ●(1744) L'Arm 28b. Bégue, tr. «Gague. m.» ●(1752) PEll 321. Gag, Begue, qui a de la peine à parler, & qui à force de parler trop vite, prononce mal ses paroles (…) Gag est de l'usage de Léon.

(1876) TDE.BF 220b. Gak, gag, adj., tr. «Bègue, qui bredouille, soit par défaut de prononciation, soit parce qu'il a trop parlé ou crié.»

(1931) VALL 63a. Bègue, tr. «gak

(2) Gak-yar : très bègue.

(1890) MOA 140b. Très bègue, tr. «gak-iar

(3) Bredouille.

(1866) BOM 50. Gag e peb leac'h ! ha gak bepret ! tr. «Bredouille partout ! bredouille toujours !»

(1925) FHAB Genver 12. an holl chaseerien a oa dizroet d'ar gêr gak.